Le maquilleur de Marilyn.

 

 

 

Source

 

 

 

Si on dit que derrière un grand homme il y a toujours une femme.

Parfois, derrière une légende, il y a un homme.

 

 

Cet homme est mort avec son secret, qu’il n’a jamais révélé.

 

Il était l’unique détenteur et le créateur du look ultime que toutes les filles adorent et qu’elles rêvent de porter au moins une fois.

 

 

 

Puisque cet homme était le maquilleur attitré de Marilyn Monroe.

 

 

Dès son premier essai à la Century Fox en 1946 , Allan « Whitey » Snyder a été le témoin privilégié de l’extraordinaire vie de cette artiste.

 

 

Et comme tout bon maquilleur qui se respecte, il a développé une relation très forte avec son modèle afin de coller le plus possible à sa personnalité et à ses envies.

 

 

Source

 

 

 

Une relation qui s’est transformée en amitié profonde puisqu’il a insisté pour la maquiller pour ses funérailles.

 

 

 

 

Source

 

 

Allan Snyder est donc le papa de ce look tellement imité mais si rarement égalé: la maquillage de Marylin

 

 

Source

 

 

 

Si je vous parle de cet homme et de son travail c’est parce que Lisa Eldridge, la talentueuse maquilleuse que l’on ne présente plus, viens de mettre en ligne une vidéo où elle propose une reproduction vraiment bluffante du maquillage de Marylin.

 

Alors les filles, enjoy!

 

Et ce week end, à vos pinceaux! ^_^

 

 

 

 

Anecdote d’une lectrice sur la relation particulière entre Marilyn et son maquilleur. Merci Miawka!

Il y a une anecdote à propos de Whitey et de sa relation avec Marilyn dans « La Petite Garce dans la prairie ». C’est Alison Arngrim, l’interprète de Nellie Oleson qui le révèle (Whitey était maquilleur sur la plateau de La Petite Maison dans la prairie ». Je fais un petit copié-collé du passage :

« Il était difficile de ne pas se sentir belle lorsqu’on savait que l’homme qui nous maquillait avait été le maquilleur de Marilyn Monroe. […] Whitey avait toujours sur lui une pince à billets en or. Un jour, Gladys me racontait le plaisir que ça avait été de travailler avec Marilyn et combien ils l’avaient tous aimée (cela détruisait en quelque sorte toute la mythologie de la diva qui l’entourait – ceux qui l’avaient fréquentée dans le travail disaient qu’elle était douce et vulnérable, délicate en somme) et elle me montra un collier avec un pendentif en or que Marilyn lui avait donné et demanda à Whitey de me montrer ce qu’elle lui avait donné à lui. Il sortit une liasse de billets de sa poche : la pince à billets l’accompagnait tout le temps, il l’utilisait tous les jours. Il y avait ces mots gravés : « Tant que je suis encore chaude – Marilyn. »
Je trouvais cette inscription très étrange et j’allais ouvrir la bouche pour demander ce que diable cela voulait dire lorsque Whitey la reprit et la rangea précipitamment. Gladys me jeta un regard signifiant « pas de commentaire » en secouant la tête. Dès que Whitey eut quitté la pièce, elle me dit que c’était un sujet sensible. L’inscription faisait référence au fait que Marilyn disait en rigolant à Whitey : « Oh Whitey, tu maquilles tellement bien ! Quand je serai morte, je voudrais que tu me maquilles tant que je serai encore chaude ! » Un jour, elle lui donna la pince à billets. Ce cadeau serait resté une plaisanterie si elle n’était pas morte tragiquement à l’âge de 36 ans et que Whitey n’avait pas été à la morgue maquiller le visage de son amie décédée. » – p90-91

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 Comments on Le maquilleur de Marilyn.

  1. joelle
    19 janvier 2012 at 20 h 17 min (6 années ago)

    c’est fascinant a regarder !!!!!! j’adore MMonroe

    Répondre
  2. iambigandbeautiful
    19 janvier 2012 at 20 h 49 min (6 années ago)

    moi j’ai adoré la video de lisa mais je trouve qu’elle aurai pu trouver un modele un peu plus rond ca aurait été top!

    et le maquilleur t’a vu il lui a fait son make up quand elle est morte! faut avoir le mental serieu

    Répondre
  3. Miss Lipstick
    20 janvier 2012 at 11 h 08 min (6 années ago)

    @joelle: Moi aussi, j’adore Marilyn! Qu’est ce uq’elle était belel parce que même si le maquilleur est doué, on voit qu’il y avait une bonne base de travail!
    @iambigandbeautiful: Oui, elle aurait plus prendre un modèle plus marylinesque. mais je pense qu’elle avoulu démontrer qu’on pouvait faire un maquillage comme ça sans pour autant ressembler à Marilyn au départ!
    Maquiller Marylin pour son enterrement, je epnse que c’était un acte d’amitié pour allan Snyder. Même si c’est vrai qu’il faut pouvoir le faire!

    Répondre
  4. joelle
    20 janvier 2012 at 11 h 52 min (6 années ago)

    oh oui, la base était fantastique déjà j’aime cette femme pour de multitudes raisons dont sa beauté tellement lumineuse ! lorsque on les voit sur les photos elle et son maquilleur, on voit de l’amour – sans doute un des rares qui n’a pas profité d’elle !

    Répondre
  5. Mayssa Preity
    22 janvier 2012 at 2 h 20 min (6 années ago)

    Merci pour cet article très instructif. Dis donc, il faisait du bon boulot.
    Sinon, je trouve le reproduction pas mal mais un peu too much sur les yeux
    bizz

    Répondre
  6. Ibtissem
    23 janvier 2012 at 19 h 49 min (6 années ago)

    Comme je suis une grande admiratrice de Marilyn monroe! Rien que de voir des photos j’adore!! Je connaissais le prénom de son maquilleur et en tout cas il aura utiliser ses pinceaux merveilleusement bien sur la sublime Marilyn!!

    Répondre
  7. Miawka
    7 février 2012 at 0 h 18 min (5 années ago)

    Il y a une anecdote à propos de Whitey et de sa relation avec Marilyn dans « La Petite Garce dans la prairie ». C’est Alison Arngrim, l’interprète de Nellie Oleson qui le révèle (Whitey était maquilleur sur la plateau de La Petite Maison dans la prairie ». Je fais un petit copié-collé du passage :

    « Il était difficile de ne pas se sentir belle lorsqu’on savait que l’homme qui nous maquillait avait été le maquilleur de Marilyn Monroe. […] Whitey avait toujours sur lui une pince à billets en or. Un jour, Gladys me racontait le plaisir que ça avait été de travailler avec Marilyn et combien ils l’avaient tous aimée (cela détruisait en quelque sorte toute la mythologie de la diva qui l’entourait – ceux qui l’avaient fréquentée dans le travail disaient qu’elle était douce et vulnérable, délicate en somme) et elle me montra un collier avec un pendentif en or que Marilyn lui avait donné et demanda à Whitey de me montrer ce qu’elle lui avait donné à lui. Il sortit une liasse de billets de sa poche : la pince à billets l’accompagnait tout le temps, il l’utilisait tous les jours. Il y avait ces mots gravés : « Tant que je suis encore chaude – Marilyn. »
    Je trouvais cette inscription très étrange et j’allais ouvrir la bouche pour demander ce que diable cela voulait dire lorsque Whitey la reprit et la rangea précipitamment. Gladys me jeta un regard signifiant « pas de commentaire » en secouant la tête. Dès que Whitey eut quitté la pièce, elle me dit que c’était un sujet sensible. L’inscription faisait référence au fait que Marilyn disait en rigolant à Whitey : « Oh Whitey, tu maquilles tellement bien ! Quand je serai morte, je voudrais que tu me maquilles tant que je serai encore chaude ! » Un jour, elle lui donna la pince à billets. Ce cadeau serait resté une plaisanterie si elle n’était pas morte tragiquement à l’âge de 36 ans et que Whitey n’avait pas été à la morgue maquiller le visage de son amie décédée. » – p90-91

    Répondre

Leave a Reply